Palmarès des films et bilan de l’édition 2018 – 10 e édition du Festival de Films Pêcheurs du Monde

 


Le Palmarès 2018 


Sur les 14 films en compétition, le Jury Professionnels et le Jury Jeunes ont décerné 8 récompenses. « Poisson d’Or, Poisson Africain » de Thomas Grand se distingue avec 3 prix dont celui du Public. « Inuk en colère » de Alethea Arnaquq-Baril a fait l’unanimité du Jury Jeunes et Professionnels pour le Prix du Festival Long Métrage. (Press release in english > Click here)

Mention spéciale du Jury Jeunes : «POISSON D’OR, POISSON AFRICAIN» de Thomas Grand et Moussa Diop (Sénégal- 2017)

Mention spéciale du Jury Professionnels : «POISSON D’OR, POISSON AFRICAIN» de Thomas Grand et Moussa Diop (Sénégal- 2017)

Prix Chandrika Sharma: «AMA SAN» de Claudia Varejao- (Japon/Portugal/Suisse- 2016)

Prix du Public : «POISSON D’OR, POISSON AFRICAIN» de Thomas Grand et Moussa Diop (Sénégal- 2017)

Prix du Jury Jeunes – Catégorie Court-Métrage : «IL CANTO DEL MARE» de Claudia Neubern (France- 2017)

Prix du Festival – Catégorie Court-Métrage : «HOMMES DE MISAINE» de Jean-Paul Mathelier (France- 2017)

Prix du Jury Jeunes – Catégorie Long-Métrage : «INUK EN COLERE» de Alethea Arnaquq-Baril (Canada- 2016)

Prix du Festival – Catégorie Long-Métrage : «INUK EN COLERE» de Alethea Arnaquq-Baril (Canada- 2016)

Bilan de la programmation : être le relais des peuples qui résistent pour exister, tout en soutenant la création cinématographique.


La programmation a conforté la philosophie première du Festival : donner la parole aux communautés de la mer qui luttent face aux enjeux supra-nationaux, face aux industries pétrolières ou face aux ONG pétries de bonnes intentions. La défense de la Nature, de la faune et de la flore ne peut passer que par une défense de l’homme. «Atlantic», «Poisson d’or, poisson africain », « Inuk en colère »…ont marqué à cet égard cette 10 e édition.

Cette 10 édition a poursuivi aussi fidèlement la volonté d’ouverture du Festival à toutes les formes de narration et de créativité cinématographique. Le combat de la communauté Inuit, la rencontre entre une soprano et un pêcheur, des enfants norvégiens coupeurs de langues de morue – fiction ou documentaires- ont été projetés parmi tant d’autres. Le public et les jurys ont visiblement apprécié cette diversité et cette ouverture d’esprit, surprenantes, parfois déroutantes, toujours stimulantes.

 « Un festival sorcier qui fait naître des forces »


Le ciné-concert Mario do Mar a marqué les esprits par la modernité d’un film des années 1930 et par la qualité de la création musical. La salle a vibré d’émotions pendant plus d’une heure. Le rendez-vous pour un autre ciné-concert pour la 11e édition ?

Cinéastes et professionnels de la Mer ont également salué le festival comme un incroyable terrain de rencontres et de laboratoires d’idées. Quand la malouine Mathilde Jounot rencontre le Sénégalais Amadou Khouma, quand Thomas Le Grand, habitant du Sénégal, rencontre Richa Hushing, l’Indienne, des envies naissent, des projets voient le jour.

 Lorient, comme son nom l’indique, est une ouverture sur le monde, crée des ponts avec les ailleurs. Le Festival de films Pêcheurs du monde a su à nouveau, pour la dixième fois, faire vivre cette maritimité. Rendez –vous est pris pour mars 2019 pour la 11e édition.