Rencontres

Accueil / Le Festival / Rencontres

Comme lors de chaque édition, des réalisateurs viennent assister à la projection de leur film. Une magnifique occasion pour échanger avec eux, à la fois sur le cinéma et sur la mer. (Liste provisoire – mise à jour au 16 février 2017)

Mardi 20 mars, Escale de Riantec


Jérôme Pin, un des réalisateurs de « Mafia des océans » (France -2017)
Film hors-compétition projeté à l’Escale de Riantec, le mardi 20 mars, 20h.

Jérôme Pin est réalisateur de documentaires et de reportages dans le monde entier pour différentes chaînes de télévision, principalement Canal+, ArteTF1 et M6. Il s’est en particulier spécialisé dans les thématiques sociales, les conflits ou les catastrophes naturelles. Ses zones de prédilection ? L’Afrique et l’Amérique Latine.
En 2013, Jérôme Pin a reçu le Prix du meilleur documentaire d’investigation Figra 2013 pour « Attentat de Karachi, enquête sur un trésor de guerre ». Plusieurs autres de ses documentaires ont été finalistes pour les Prix Albert Londres, Figra93 et Festival du Scoop 2006.

Jeudi 22 mars, salle Ricoeur


André Menras, réalisateur de « Les chevaliers des sables jaunes » (France -2017)
Film hors-compétition > projeté le jeudi 22 mars, séance de 14h.
Prix des Collégiens 2018

Tout jeune et ignorant tout de la politique, en 1968, André Menras arrive au Vietnam comme instituteur, sans savoir que ce pays allait le transformer, non seulement en un vrai Vietnamien, mais en un combattant qui ne cessera de lutter pour la justice et l’égalité. Sa jeunesse est étroitement liée à la lutte contre les Américains au Vietnam.  Maintenant, septuagénaire, André Menras, alias Ho Cuong Quyet est toujours un pionnier dans la lutte pour la souveraineté maritime et insulaire de sa deuxième patrie. Il a réalisé plusieurs films dont “Hoang Sa Vietnam-la meurtrissure”.

Thomas Grand, un des réalisateurs de « Poisson d’or, poisson africain » (Sénégal -2017)
Film en compétition > projeté le jeudi 22 mars, séance de 20h30.

Thomas Grand travaille au Sénégal depuis une vingtaine d’année après une enfance et des études entre Paris et la Casamance. La pêche est une activité qui le passionne depuis tout petit. Après avoir réalisé une vingtaine de films pour des commandes institutionnelles en lien avec le développement, il décide de réaliser et produire ses propres films, avec sa société de production Zideoprod. En 2010, Thomas Le Grand a présenté au Festival de films Pêcheurs du Monde « Kayar, l’enfance prise aux filets ». « Poisson d’or, poisson africain » est sa troisième réalisation.

Vendredi 23 mars, salle Ricoeur


Philippe Houssin, réalisateur de « Enquête sur ma mer » (France -2017)
Film en compétition > projeté le vendredi 23 mars, séance de 16h.

Photographe de formation, Philippe Houssin a une passion pour l’image et les outils qui captent la lumière. Il est un collaborateur régulier du site internet et revue bimestrielle « L’encre de mer » dédié au développement durable de la pêche artisanale en Méditerranée. « Enquête sur ma mer », réalisée avec Elisabeth Tempier, est son premier documentaire.

Jean-Paul Mathelier, réalisateur de « Hommes de misaine » (France -2017)
Film en compétition > projeté le vendredi 23 mars, séance de 16h.

Photographe et réalisateur, Jean-Paul Mathelier est fasciné très tôt par le monde maritime. Etudiant à l’École nationale de photographie et de cinéma à Paris, il s’initie parallèlement à la vidéo et collabore à des films expérimentaux d’animation. Dans les années 1970, il embarque à bord de thoniers, en mer d’Irlande puis vers les Acores. Il en ramène de magnifiques photos noir et blanc. Conseiller pédagogique Jeunesse et Sport, programmateur cinéma dans les fêtes maritimes de Brest et de Douarnenez, collaborateur occasionnel de la revue « Le Chasse-Marée », ce passionné réalise aujourd’hui des documentaires. « Hommes de misaines » réunit ses envies de mer et d’images.

Samedi 24 mars, salle Ricoeur


Gérard Corporon, réalisateur de « D’une rive à l’autre » (France -2017)
Film en compétition > projeté le samedi 24 mars, séance de 10h.

Originaire de Sète, Gérard Corporon est réalisateur, plongeur, équipier de la Société nautique de sauvetage en mer… et homme de mer avant tout.
Pendant des années, il a réalisé des films institutionnels sur la mer, sur l’étang de Thau, sur les métiers et la culture qui y sont liés. Il y filme aujourd’hui des fictions. Ce sont des histoires sur la complexité de l’âme humaine, les sentiments, les relations entre les personnages… avec, en toile de fond, le microcosme des gens des bords de l’étang de Thau, dans le milieu ostréicole.

Claudia Neubern, réalisatrice de « Il canto del mare »(France -2017)
Film en compétition > projeté le samedi 24 mars, séance de 14h.

D’origine brésilienne, Claudia Neubern a d’abord construit son parcours comme scripte pour de nombreux long-métrages (« L’Hirondelle fait le printemps », « Crustacés et Coquillages », etc). Elle se lance dans la réalisation en 2013, après une résidence d’écriture au Groupe Ouest, avec «Perpétua 664 », film sur ses origines familiales. « Il canto del mar » est sa deuxième réalisation.